L'ATELIER

À l'aube : L’hypomnemata.

Carnets, livre de vie, de fragments d’action, consignation de notes, de citations, de raisonnements entendus ou venus à l’esprit, d’un trésor accumulé de textes, réservoir de méditations qui doivent pouvoir s’implanter, se ficher dans l’âme. Sans ces hypomnemata, le risque est grand de sombrer dans l’agitation de l’esprit, c’est-à-dire dans une instabilité de l’attention, qui empêche l’esprit de se constituer en propre. C’est ce que nous retrouvons dans le zapping d’aujourd’hui |

- Agrégé de Michel Foucault et de Sénèque -

 

Hyp 1

 

Atelierbrenar220218 2

Connais-tu ?

Un endroit où la pensée n’a pas besoin de mots ? Où la liberté est la loi ? Le regard et la reconnaissance des inutiles inutile ? Où tu choisis les poésies de ta vie et l’empreinte des couleurs de ton chemin ? Où le vent frais d’été te caresse le visage ?  Où la chaleur d’hiver t’enivre de tabac ? Où Mozart te parle des hommes de Lascaux ? de l’an sans age ? de l’endroit qui n’a que l’endroit ?

 

Img 1834

L atelier120515

L’argent que nous gagnons au-delà de ce qu’il faut pour vivre n’est pas grand-chose.

 

Salvador

 

« Je te rappelle, peintre, que si ton propre jugement ou l’avertissement d’autrui te fait découvrir quelque erreur dans ton œuvre, tu dois la corriger afin que, rendant cet ouvrage public, tu ne publies en même temps ton insuffisance. Et ne cherche pas d’excuses devant toi-même en te persuadant que tu répareras ta honte dans ton prochain ouvrage, car, la peinture ne meurt pas dès sa naissance, comme la musique, mais rendra longtemps témoignage de ton ignorance ; et si tu te dis qu’en corrigeant tu perds un temps qui, si tu l’employais à un nouvel ouvrage, te ferait gagner beaucoup, tu dois comprendre que l’argent que nous gagnons au-delà de ce qu’il faut pour vivre n’est pas grand-chose. »

Traité de la peinture
Léonard de Vinci

Projet : L’envol des dormeuses.

Assis au bord du lit, j’ai toujours aimé les regarder dormir, délivrée de la lourdeur du quotidien et de l’envie. Comme par magie, dans ces instants hors du temps, la lumière est toujours belle. Je les imagine s’envoler, chacune dans leurs positions si particulières et libre de tout.

Sculpture imprimante 3D - 500 x 100 x 100 cm

Les

Img002

 

 

Projet : Un livre d'histoire

et d'art qui peut se lire par transparence dans tous les temps et tous les espaces.

 

Img074 copie

Projet : Démolission du château de Nyon.

Ce monument nous bouche la vue et notre futur.
 

Nyon

 

La dignité.

Etude pour "il y a trop d'espérance dans le coeur de Marie" Tout a, ou bien un prix ou bien une dignité. On peut remplacer ce qui a un prix par son équivalent; en revanche, ce qui n'a pas de prix, et donc pas d'équivalent, c'est ce qui possède une dignité.  


Kant 1785 - Fondement de la métaphysique des moeurs.

 

Marie

Lamante religieuse.

 

Img107

 

Projet : Lemania | Smart City

 

Smartcity

Une après-midi avec Hodler.
Ferdinand Hodler ( 1853-1918 )

 

Ferdinandhodler2018

 

Lucian Freud
Dessin et huile sur toile

 

Lucian freud 17 02 15

Img110

La femme qui pleure.
d'après Picasso - 1937 -

 

Img153

Léonard 
Entre la forme et l'espace.

Le onard

L'instinct de la verticalité.

 

L instinct de la verticalite

L'assassinat du présent par l'ego.


Img145

Marguerite Yourcenar


Img101

Egon Schiele


Img102

Vassily Kandinsky


Img104

Basile Zimmermann


Img112

Joëlle Bertoncini


Img080

 

« ne plus servir et vous serez libres »


Img108

Idef | Etudes
Protection de smart-phone | self défense

Executivedetail3Recherche3

Executive detail2Executivedetail

La réponse


Img117

 

 


 

 

 

Sylvie | Bâle


Img098

Michel Corboz


Img097

 

Caroline Rohrbacher | Montréal


Img093

| Celui qui appartient véritablement à son temps, le vrai contemporain, est celui qui ne coïncide pas parfaitement avec lui, ni n’adhère à ses prétentions, et se définit, en ce sens, comme inactuel ; mais précisément pour cette raison, précisément par cet écart et cet anachronisme, il est plus apte que les autres à percevoir et à saisir son temps | Giorgio Agamben