La révolution industrielle 4.0

« Sa genèse est à situer à l’aube du troisième millénaire avec l’apparition d’Internet. Elle prend racine dans le potentiel d’un nouveau phénomène technologique : la numérisation.

Une numérisation qui permet l’édification d’un nouveau monde, virtuel, à partir duquel il est possible de piloter le monde physique. Une quatrième révolution au développement exponentiel, caractérisée par une fusion de technologies qui brouille les lignes entre les sphères physique, numérique et biologique et qui vient perturber les industries de tous les pays. L’étendue et la profondeur de ces changements annoncent la transformation de systèmes entiers de production, de gestion et de gouvernance. » (sentryo.net)

Cette 4ème révolution a propulsé de jeunes start-up à la première place mondiale en révolutionnant des secteurs économiques installés depuis des décennies. Ces entreprises 4.0 réalisent des plus values prodigieuses en détruisant rapidement les anciens fonctionnements hérités dans bien des cas du Taylorisme. Ces start-up sont des « pure player » et ne traînent pas derrière eux une histoire industrielle et des organisations lourdes, des corporatismes boîteux et des hiérarchies d’un autre temps.

Les révolutions technologiques ont toujours bouleversé les organisations sociales et politiques. Aujourd’hui l’emprise économique de société mondiale nous impose toujours plus un seul mode de fonctionnement, un prêt à penser, un seul politiquement correct dans une société « de la norme et du contrôle » (Roland Gori). La monoculture de l’imaginaire s’installe et la faiblesse de la pensée politique face à ces nouveaux paradigmes est déconcertante. Il est temps de réinventer une société idéale  « contenant les sciences dans les limites de la dignité humaine et de la démocratie réelle » (Jacques Testart) et de redéfinir ce qu’est un être humain face au défit de l’intelligence artificielle et d’essayer de se positionner en « pure player » dans l’organisation d’une nouvelle cité.


Brenar

Lemania étude

Situation.

Lemania est une « vîle » sur le lac Léman située au milieu du « petit lac » entre Nyon et Hermance, elle compte environ 20'000 citoyens.

Elle a pour principales ambitions :

  • Une nouvelle organisation démocratique 2.0 qui augmente le lien social, la liberté, la responsabilité, la qualité de vie, en réinventant le vivre ensemble avec les arts, la culture, la créativité, la recherche dans tous les domaines et la beauté comme fondamentaux.
     
  • D’être un Etat fédéré Suisse en devenant le 27ème canton.
    Les élus sont tirés au sort. Les femmes sont majoritaires dans toutes les instances représentatives (clause testostérone). Chaque citoyen peut intervenir lors des débats. Les problèmes de la cité sont résolus par l’augmentation des libertés et des responsabilités. (…)
     
  • De concentrer les acteurs et devenir un symbole de l’économie créative et culturelle qui est déjà en deuxième position dans le canton de Genève avec 21'145 emplois à plein temps qui représentent CHF 4.53 milliards de valeurs ajoutées. ( Tribune de Genève – 09.06.2016 )
     
  • D’intégrer et de favoriser les concepts émergents de l’autonomie énergétique; l’impact écologique neutre, la mobilité douce, les fermes verticales, l’économie collaborative, la construction en imprimante 3D, le revenu de base inconditionnel, la vitalité du métissage, l’intégration de la poésie et du silence, la transition énergétique, les espaces de co-working, une monnaie locale, etc. …
     
  • De déclarer comme esclave les machines et de créer un Conseil Ethique, au poids politique fort, qui assure liberté et créativité aux humains par l’asservissement irrémédiable des robots mécaniques et logiciels.
     
  • D’assurer la paix et la sécurité des citoyens en supprimant tous les professionnels de la « sécurité » et tous les moyens de contrôles techniques de l’espace public et privé.
     
  • De résoudre, grâce à sa position géographique la problématique traversée de la rade de Genève (1er projet en 1896), qui selon l’EPFL (prof. Jacques Lévy) doit maintenant être à la hauteur de Nyon, … et paradoxalement d’être une cité sans voiture.
     
  • (...)

Lemaniafiscience2030

Smartcity

Img199

Lemaniawatch

Img195

Etude lemania